Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/157

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI I33

Ainsi fait la flamme en voulant s'étendre dans la bombarde : quand cette flamme frappe et pousse l'air résistant elle est cause que la bombarde recule, la partie de la flamme que frappe l'air ne pouvant avoir ce subit passage fait efTort du côté opposé.

28 V.

{Minuscules bonshommes en marge, démons- iratijs du centre de gravité che:^ V homme).

Celui qui est assis ne peut se lever sans le concours des bras, si la partie en avant du point d'appui ne porte pas davantage que celle en arrière du dit point.

Celui qui monte doit faii^e porter son poids en avant de son pied le plus élevé; donc l'homme portera toujours son poids dans le sens de son mouvement.

Celui qui court penche vers son but. il porte donc son pied en avant. Celui qui descend une pente a son équilibre dans les talons et celui qui la monte, en courant, dans la pointe. Celui qui court en j)laine va d'abord sur les talons et pui.s ?ur les pomles de.^ pieds.

Quand tu dessines les nus. fais-le en entier.

�� �