Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/153

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI I 29

■ 23 r.

Comment le peintre doit se placer par rap- port à la lumière avec son relief.

En quelque partie que se tienne le peintre il sera toujours bien, pourvu que l'œil soit entre la partie obscure et la partie lumineuse du corps qu'il s'agit de reproduire.

La lumière grande, élevée et modérée, est celle qui met le mieux en valeur les différentes parties des corps.

De l'erreur qui se commet dans le jugement des membres. — Le peintre qui aura les mains grossières les fera telles dans ses tableaux et cela arrivera pour tout autre membre, si une constante étude n'y veille. Envisage donc, peintre, ce qu'il y a de laid en ta personne et par l'étude veille à t'en garantir. Car si tu es bestial et sans esprit, tes figures te ressem- bleront, et semblablement ce que tu as de bon et de mauvais en toi se retrouvera dans tes figures.

23 v.

Sur le cours des lleuves.

L'eau qui court à la surface ne se dclcurnc

�� �