Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sur ma route, mais je ne chasse pas les Bandar-log, pas plus que les grenouilles — ni que l’écume verte sur les trous d’eau — quant à cela. Hsss !

— Ici, en haut ! En haut, en haut ! Hillo ! Illo ! Illo, regardez en l’air, Baloo du Clan des Loups de Seeonee.

Baloo leva les yeux pour voir d’où venait la voix, et Chil le Vautour apparut. Il descendait en fauchant l’air, et le soleil brillait sur les franges rebroussées de ses ailes. C’était presque l’heure du coucher pour Chil, mais il avait battu toute l’étendue de la jungle à la recherche de l’Ours, sans pouvoir le découvrir sous l’épais feuillage.

— Qu’est-ce ? dit Baloo.

— J’ai vu Mowgli parmi les Bandar-log. Il m’a prié de vous le dire. J’ai veillé. Les Bandar-log l’ont emporté au delà de la rivière, à la cité des singes — aux Grottes Froides. Il est possible qu’ils y restent une nuit, dix nuits, une heure. J’ai dit aux chauves-souris de les guetter pendant les heures obscures. Voilà mon message. Bonne chasse, vous tous en bas !

— Pleine gorge et profond sommeil, Chil, cria Bagheera. Je me souviendrai de toi lors de ma prochaine prise et réserverai la tête pour toi seul — ô le meilleur des vautours !

— Ce n’est rien. Ce n’est rien. L’enfant avait le Maître Mot. Je ne pouvais rien faire de moins.

Et Chil remonta en décrivant un cercle pour gagner son aire.

— Il n’a pas oublié sa langue, dit Baloo avec un petit rire d’orgueil. Si jeune et se souvenir du Maître Mot, même