Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Petit Frère, combien de fois t’ai-je averti que Shere Khan est ton ennemi ?

— Autant de fois qu’il y a de baies sur cette palme ! déclara Mowgli, qui, bien entendu, ne savait pas compter. Et puis après ? J’ai sommeil, Bagheera, et Shere Khan est tout queue et tout cris — comme Mor, le paon.

— Mais il n’est plus temps de dormir, Baloo le sait, je le sais aussi, tout le Clan le sait, et même ces stupides, ces sots de daims le savent. Tabaqui te l’a dit lui-même.

— Oh ! oh ! dit Mowgli, Tabaqui est venu à moi, il n’y a pas longtemps, me raconter je ne sais plus quelle impertinente histoire : j’étais un petit d’homme, un petit nu, pas même bon à déterrer des racines. Mais j’ai pris Tabaqui par la queue et l’ai cogné à deux reprises contre un palmier pour lui apprendre de meilleures manières.

— C’était une sottise, car Tabaqui a beau être un faiseur de ragots, il n’en voulait pas moins te parler d’une chose qui te touche de près. Ouvre donc ces yeux-là, Petit Frère. Shere Khan n’ose pas te tuer dans la jungle ; mais rappelle-toi bien qu’Akela est très vieux, que bientôt viendra le jour où il ne pourra plus tuer son chevreuil, et qu’alors il ne conduira plus le Clan. Beaucoup des loups qui t’examinèrent quand tu fus présenté au Conseil, sont vieux maintenant, eux aussi, et les jeunes loups pensent — Shere Khan leur a fait la leçon — qu’un petit d’homme n’est pas à sa place dans le Clan. Bientôt tu seras un homme.

— Eh ! qu’est-ce donc qu’un homme qui ne court pas avec ses frères ? dit Mowgli. Je suis né dans la jungle, j’ai