Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/285

Cette page a été validée par deux contributeurs.


____Mais lorsqu’à la cime on se range,
____Le bonheur complet, c’est si l’on avait
____Une patte ou deux de rechange !


Chameaux du commissariat.


Nous n’avons jamais eu nul vieux refrain chameau
Pour aider à traîner notre cahin-caha,
Mais chacun de nos cous est un trombone en peau
(Rtt-ta-ta-ta ! Chacun est un trombone en peau !)
Notre seule chanson de marche, écoutez-la :
Peux pas ! Veux pas ! N’irai pas ! Rien savoir !
Qu’on se le passe et allez voir !
Un bât tourne, tant pis, si ce n’est pas le mien ;
Une charge a glissé — halte, hurrah ! Crions bien !
Urrh ! Yarrh ! Crr ! rrh !
Quelqu’un écope et pas pour rien !


Tous les animaux ensemble.


____Nous sommes les enfants du Camp,
____Nous servons chacun à son rang,
____Fils du joug, du bât, des fardeaux,
____Harnais au fIanc, ou sac au dos.
____Voyez notre ligne ondulée,
____Ainsi qu’une entrave doublée,
____Qui, par la plaine, va, glissant,
____Tout balayer au champ du sang ;
____Tandis qu’à nos côtés les hommes,
____Poudreux, muets et les yeux lourds,
____Ne savent pas pourquoi nous sommes,