Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/252

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vis la tente s’affaler, tandis que le mât se cassait net, et se mettre à danser comme un fantôme en démence. Un chameau s’était empêtré dedans, et, tout furieux et mouillé que je fusse, je ne pus m’empêcher de rire. Puis je continuai de courir, car je ne savais pas combien de chameaux pouvaient s’être échappés ; et, peu de temps après, hors de vue du camp, je pataugeais à travers la boue. À la fin, je trébuchai sur la culasse d’un canon, et j’aperçus que je me trouvais non loin des lignes de l’artillerie, là où on dételait les canons pour la nuit. Ne me souciant pas de barboter plus longtemps dans la brume et dans le noir, je mis mon caoutchouc sur la bouche d’un canon, construisis une sorte de wigwam à l’aide de deux ou trois refouloirs trouvés là par hasard, et m’étendis le long de l’affût d’un autre canon, inquiet d’où Vixen était passée, et d’où je pouvais bien me trouver moi-même.

Au moment où je me préparais à dormir, j’entendis un cliquetis de harnais et un grognement, tandis qu’un mulet passait devant moi en secouant ses oreilles mouillées. Il appartenait à une batterie de canons à vis, car je distinguais un bruit de courroies, d’anneaux, de chaînes et de toutes sortes de ferrailles sur sa selle matelassée. Les canons à vis sont de tout petits canons faits de deux parties que l’on visse ensemble quand arrive le moment de s’en servir. On les hisse sur les montagnes, partout où peut passer un mulet, et ils rendent de grands services pour combattre en terrain rocailleux.

Derrière le mulet, venait un chameau, dont les gros pieds mous s’écrasaient et glissaient dans la boue, et qui