Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/366

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

même est encore un moyen très-propre pour obtenir une grace plus abondante.

On ne sçauroit être en effet dans une plus méchante disposition, que quand au sortir de la sainte Table, on se répand au dehors, & on cherche à se divertir.

Retranchez alors tout discours & toute conversation inutile ; retirez-vous à l’écart, & jouissez en repos de la présence de Dieu.

Car vous possedez celui que tout le monde ne vous peut ravir. C’est à moi que vous êtes obligé de vous donner tout entier ; c’est en moi plûtôt qu’en vous même que vous devez vivre : c’est sur moi enfin qu’il faut désormais que vous vous reposiez de tout.


CHAPITRE XIII.
Que ce qu’on doit desirer le plus dans ce Sacrement, c’est de s’unir avec Jesus-Christ.
Le Disciple.

QUi me procurera le bien de vous trouver seul, ô mon Dieu, afin que je vous ouvre mon cœur ; que je joüisse librement de vous, comme mon ame le désire, que personne ne me méprise désormais ; & qu’aucune créature n’aie de commerce avec moi ; mais que vous seul me parliez, que je vous parle seul à seul, comme un ami s’entretient à table avec son ami ?