Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/361

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

le, & que vôtre Sacrement est le pain de vie.

On peut dire aussi que ce sont comme deux tables que vous avez faites pour être l’une d’un côté, & l’autre de l’autre dans vôtre Église.

La premiere est celle où vous avez mis ce pain celeste, je veux dire, vôtre précieux Corps.

La seconde est celle où vous exposez vôtre Loi sainte, qui contient les veritez les plus pures de la Religion, & qui tirant le rideau, nous donne entrée jusques dans le Sanctuaire.

O mon Jesus, ô divin rayon de la lumiere éternelle, soyez beni à jamais pour cette doctrine que vous avez enseignée au monde, par la bouche de vos Prophéres, de vos Apôtres, & des Docteurs de vôtre Eglise.

O mon Créateur, & mon Rédempteur, je vous rends graces, de ce que voulant faire voir aux hommes l’excès prodigieux de vôtre amour, vous leur avez préparé un magnifique festin, dans lequel vous leur donnez à manger, non pas un Agneau semblable à ceux de la Loi ancienne, qui n’étoient que les figures de vôtre Corps, mais vôtre Corps même avec vôtre Sang.

C’est dans ce banquet sacré que vous enyvrez les Justes ; que vous