Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/231

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Avez en horreur la fausse sagese du siécle : fuyez tout respect humain, & toute complaisance de vous-même.

Vous me pourriez dire que je vous conseille de préférer une chose peu considerable à d’autres, qui au jugement du monde, sont excellentes & precieuses.

Il est vrai que le monde fait peu de cas, & qu’à peine se souvient-il de la vraye sagesse du Ciel ; de cette Sagesse qui ne s’en fait point accroire, qui ne cherche point les louanges des hommes, bien qu’elle soit louée de quelques-uns, dont les autres ne s’accordent guéres avec les paroles : mais cependant elle est cette belle perle[1] de l’Evangile qui seroit sans doute estimée & recherchée de beaucoup de gens, si elle étoit plus connuë.


CHAPITRE XXXIII.
De l’inconstance du cœur humain, & de la pureté d’intention.
Le Maistre.

MOn fils, ne vous fiez pas trop à la disposition présence de vôtre cœur : elle est aujourd’hui d’une façon, & demain elle sera d’une autre.

Tant que vous vivrez, vous serez sujet malgré vous, à beaucoup de changemens. Vous vous trouverez tantôt gai, & tantôt triste ; tantôt

  1. Matt. 13. 46.