Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/192

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIX.
De la souffrance des injures, & de la véritable patience.
Le Maistre.

QU’avez-vous à dire, mon fils ? considerez ma Passion, voyez combien les Saints ont souffert ; & après cela cessez de vous plaindre.

Vous n’avez pas encore combattu, jusqu’à verser votre sang[1].

Vous souffrez bien peu, en comparaison de tant de Saints, qui ont soûtenu de si violentes tentations, qui ont enduré de si cruels martyres, qui ont passé par de si rudes épreuves.

Vous devez donc vous ressouvenir des peines excessives des autres, & vous exciter ainsi à souffrir constamment les vôtres, qui sont beaucoup moindres.

Que si les vôtres ne vous semblent pas legeres, prenez garde que cela ne vienne de votre peu de mortification.

Mais enfin, quelles qu’elles soient, tâchez de les porter toutes avec patience.

Plus vous montrez de courage à embrasser les souffrances, plus vous faites voir de sagesse, & plus aussi vous augmentez en mérites.

D’ailleurs le moyen de rendre vos croix plus supportables, c’est d’avoir de la résolution ; c’est de ne point

  1. Hebr. 12. 4.