Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/610

Cette page a été validée par deux contributeurs.
610
l'île mystérieuse.

du Pacifique ! Pouvaient-ils compter que, par une coïncidence vraiment providentielle, le yacht écossais vînt précisément à cette époque rechercher Ayrton à l’île Tabor ? C’était improbable, et, d’ailleurs, en admettant même qu’il y vînt, comme les colons n’avaient pu déposer une notice indiquant les changements survenus dans la situation d’Ayrton, le commandant du yacht, après avoir fouillé l’îlot sans résultat, reprendrait la mer et regagnerait de plus basses latitudes.

Non ! Ils ne pouvaient conserver aucune espérance d’être sauvés, et une horrible mort, la mort par la faim et par la soif, les attendait sur ce roc !

Et, déjà, ils étaient étendus sur ce roc, inanimés, n’ayant plus la conscience de ce qui se passait autour d’eux. Seul, Ayrton, par un suprême effort, relevait encore la tête et jetait un regard désespéré sur cette mer déserte !…

Mais voilà que, dans la matinée du 24 mars, les bras d’Ayrton s’étendirent vers un point de l’espace, il se releva, à genoux d’abord, puis debout, sa main sembla faire un signal…

Un navire était en vue de l’île ! Ce navire ne courait point la mer à l’aventure. Le récif était pour lui un but vers lequel il se dirigeait en droite ligne, en forçant sa vapeur, et les infortunés l’auraient aperçu depuis plusieurs heures déjà, s’ils avaient encore eu la force d’observer l’horizon !

« Le Duncan ! » murmura Ayrton, et il retomba sans mouvement.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Lorsque Cyrus Smith et ses compagnons eurent repris connaissance, grâce aux soins dont ils furent comblés, ils se trouvaient dans la chambre d’un steamer, sans pouvoir comprendre comment ils avaient échappé à la mort.

Un mot d’Ayrton suffit à leur tout apprendre.

« Le Duncan ! murmura-t-il.

— Le Duncan ! » répondit Cyrus Smith.

Et, levant les bras vers le ciel, il s’écria :

« Ah ! Dieu tout-puissant ! Tu as donc voulu que nous fussions sauvés ! »

C’était le Duncan, en effet, le yacht de lord Glenarvan, alors commandé par Robert, le fils du capitaine Grant, qui avait été expédié à l’île Tabor pour y chercher Ayrton et le rapatrier après douze ans d’expiation !…

Les colons étaient sauvés, ils étaient déjà sur le chemin du retour !

« Capitaine Robert, demanda Cyrus Smith, qui donc a pu vous donner la pensée, après avoir quitté l’île Tabor, où vous n’aviez plus trouvé Ayrton, de faire route à cent milles de là dans le nord-est ?