Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/603

Cette page a été validée par deux contributeurs.
603
le secret de l'île.

vertes. Mais, si considérable que fût la masse d’eau contenue dans le lac, elle devait finir par être absorbée, puisqu’elle ne se renouvelait pas, tandis que le torrent, s’alimentant à une source inépuisable, roulait sans cesse de nouveaux flots de matières incandescentes.

Les premières laves qui tombèrent dans le lac se solidifièrent immédiatement et s’accumulèrent de manière à émerger bientôt. À leur surface glissèrent d’autres laves qui se firent pierres à leur tour, mais en gagnant vers le centre. Une jetée se forma de la sorte et menaça de combler le lac, qui ne pouvait déborder, car le trop-plein de ses eaux se dépensait en vapeurs. Sifflements et grésillements déchiraient l’air avec un bruit assourdissant, et les buées, entraînées par le vent, retombaient en pluie sur la mer. La jetée s’allongeait, et les blocs de laves solidifiées s’entassaient les uns sur les autres. Là où s’étendaient autrefois des eaux paisibles apparaissait un énorme entassement de rocs fumants, comme si un soulèvement du sol eût fait surgir des milliers d’écueils. Que l’on suppose ces eaux bouleversées pendant un ouragan, puis subitement solidifiées par un froid de vingt degrés, et on aura l’aspect du lac, trois heures après que l’irrésistible torrent y eut fait irruption.

Cette fois, l’eau devait être vaincue par le feu.

Cependant, ce fut une circonstance heureuse pour les colons, que l’épanchement lavique eût été dirigé vers le lac Grant. Ils avaient devant eux quelques jours de répit. Le plateau de Grande-Vue, Granite-house et le chantier de construction étaient momentanément préservés. Or, ces quelques jours, il fallait les employer à border le navire et à le calfater avec soin. Puis, on le lancerait à la mer et on s’y réfugierait, quitte à le gréer, quand il reposerait dans son élément. Avec la crainte de l’explosion qui menaçait de détruire l’île, il n’y avait plus aucune sécurité à demeurer à terre. Cette retraite de Granite-house, si sûre jusqu’alors, pouvait à chaque minute refermer ses parois de granit !

Pendant les six jours qui suivirent, du 25 au 30 janvier, les colons travaillèrent au navire autant que vingt hommes eussent pu le faire. À peine prenaient-ils quelque repos, et l’éclat des flammes qui jaillissaient du cratère leur permettait de continuer nuit et jour. L’épanchement volcanique se faisait toujours, mais peut-être avec moins d’abondance. Ce fut heureux, car le lac Grant était presque entièrement comblé, et si de nouvelles laves eussent glissé à la surface des anciennes, elles se fussent inévitablement répandues sur le plateau de Grande-Vue, et de là sur la grève.

Mais si de ce côté l’île était en partie protégée, il n’en était pas ainsi de sa portion occidentale.