Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/593

Cette page a été validée par deux contributeurs.
593
le secret de l'île.

, par des fentes à peine visibles... (Page 595.)

Cyrus Smith s’avança jusqu’à l’énorme chaussée dont le prolongement encadrait l’étroit golfe du Requin. Il put donc examiner suffisamment de ce côté les anciennes zébrures des laves. Il n’y avait pas doute pour lui que la dernière éruption ne remontât à une époque très-éloignée.

Alors il revint sur ses pas, prêtant l’oreille aux roulements souterrains qui se propageaient comme un tonnerre continu, et sur lequel se détachaient d’éclatantes détonations. À neuf heures du matin, il était de retour au corral.

Ayrton l’attendait.

« Les animaux sont pourvus, monsieur Smith, dit Ayrton.

— Bien, Ayrton.