Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/582

Cette page a été validée par deux contributeurs.
582
l'île mystérieuse.

Ce canot fut conduit à l’arrière. Là, à la ligne de flottaison, s’ouvraient deux larges robinets qui étaient en communication avec les réservoirs destinés à déterminer l’immersion de l’appareil.

Ces robinets furent ouverts, les réservoirs s’emplirent, et le Nautilus, s’enfonçant peu à peu, disparut sous la nappe liquide.

Mais les colons purent le suivre encore à travers les couches profondes. Sa puissante lumière éclairait les eaux transparentes, tandis que la crypte redevenait obscure. Puis, ce vaste épanchement d’effluences électriques s’effaça enfin, et bientôt le Nautilus, devenu le cercueil du capitaine Nemo, reposait au fond des mers.

CHAPITRE XVIII

Les réflexions de chacun. — Reprise des travaux de construction. — Le 1er janvier 1869. — Un panache à la cime du volcan. — Premiers symptômes d’une éruption. — Ayrton et Cyrus Smith au corral. — Exploration à la crypte Dakkar. — Ce que le capitaine Nemo avait dit à l’ingénieur.


Au point du jour, les colons avaient regagné silencieusement l’entrée de la caverne, à laquelle ils donnèrent le nom de « crypte Dakkar », en souvenir du capitaine Nemo. La marée était basse alors, et ils purent aisément passer sous l’arcade, dont le flot battait le pied-droit basaltique.

Le canot de tôle demeura en cet endroit, et de telle manière qu’il fût à l’abri des lames. Par surcroît de précaution, Pencroff, Nab et Ayrton le halèrent sur la petite grève qui confinait à l’un des côtés de la crypte, en un endroit où il ne courait aucun danger.

L’orage avait cessé avec la nuit. Les derniers roulements du tonnerre s’évanouissaient dans l’ouest. Il ne pleuvait plus, mais le ciel était encore chargé de nuages. En somme, ce mois d’octobre, début du printemps austral, ne s’annonçait pas d’une façon satisfaisante, et le vent avait une tendance à sauter d’un point du compas à l’autre, qui ne permettait pas de compter sur un temps fait.

Cyrus Smith et ses compagnons, en quittant la crypte Dakkar, avaient repris la route du corral. Chemin faisant, Nab et Harbert eurent soin de dégager le fil qui avait été tendu par le capitaine entre le corral et la crypte, et qu’on pourrait utiliser plus tard.

En marchant, les colons parlaient peu. Les divers incidents de cette nuit du 15 au 16 octobre les avaient très-vivement impressionnés. Cet inconnu dont