Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/571

Cette page a été validée par deux contributeurs.
571
le secret de l'île.

Norwége, dans les tourbillons du Maëlstrom, le capitaine dut croire que les fugitifs, noyés dans ces effroyables remous, avaient trouvé la mort au fond du gouffre. Il ignorait donc que le Français et ses deux compagnons eussent été miraculeusement rejetés à la côte, que des pêcheurs des îles Loffoden les avaient recueillis, et que le professeur, à son retour en France, avait publié l’ouvrage dans lequel sept mois de cette étrange et aventureuse navigation du Nautilus étaient racontés et livrés à la curiosité publique.

Pendant longtemps encore, le capitaine Nemo continua de vivre ainsi, courant les mers. Mais, peu à peu, ses compagnons moururent et allèrent reposer dans leur cimetière de corail, au fond du Pacifique. Le vide se fit dans le Nautilus, et enfin le capitaine Nemo resta seul de tous ceux qui s’étaient réfugiés avec lui dans les profondeurs de l’Océan.

Le capitaine Nemo avait alors soixante ans. Quand il fut seul, il parvint à ramener son Nautilus vers un des ports sous-marins qui lui servaient quelquefois de points de relâche.

L’un de ces ports était creusé sous l’île Lincoln, et c’était celui qui donnait en ce moment asile au Nautilus.

Depuis six ans, le capitaine était là, ne naviguant plus, attendant la mort, c’est-à-dire l’instant où il serait réuni à ses compagnons, quand le hasard le fit assister à la chute du ballon qui emportait les prisonniers des sudistes. Revêtu de son scaphandre, il se promenait sous les eaux, à quelques encâblures du rivage de l’île, lorsque l’ingénieur fut précipité dans la mer. Un bon mouvement entraîna le capitaine… et il sauva Cyrus Smith.

Tout d’abord, ces cinq naufragés, il voulut les fuir, mais son port de refuge était fermé, et, par suite d’un exhaussement du basalte qui s’était produit sous l’influence des actions volcaniques, il ne pouvait plus franchir l’entrée de la crypte. Où il y avait encore assez d’eau pour qu’une légère embarcation pût passer la barre, il n’y en avait plus assez pour le Nautilus, dont le tirant d’eau était relativement considérable.

Le capitaine Nemo resta donc, puis, il observa ces hommes jetés sans ressource sur une île déserte, mais il ne voulut point être vu. Peu à peu, quand il les vit honnêtes, énergiques, liés les uns aux autres par une amitié fraternelle, il s’intéressa à leurs efforts. Comme malgré lui, il pénétra tous les secrets de leur existence. Au moyen du scaphandre, il lui était facile d’arriver au fond du puits intérieur de Granite-house, et, s’élevant par les saillies du roc jusqu’à son orifice supérieur, il entendait les colons raconter le passé, étudier le présent et l’avenir. Il apprit d’eux l’immense effort de l’Amérique contre l’Amérique même,