Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/569

Cette page a été validée par deux contributeurs.
569
le secret de l'île.

« Ai-je eu tort, ai-je eu raison ? ... » (Page 573.)

cipayes furent vaincus, et le pays des anciens rajahs retomba sous la domination plus étroite de l’Angleterre.

Le prince Dakkar, qui n’avait pu mourir, revint dans les montagnes du Bundelkund. Là, seul désormais, pris d’un immense dégoût contre tout ce qui portait le nom d’homme, ayant la haine et l’horreur du monde civilisé, voulant à jamais le fuir, il réalisa les débris de sa fortune, réunit une vingtaine de ses plus fidèles compagnons, et, un jour, tous disparurent.

Où donc le prince Dakkar avait-il été chercher cette indépendance que lui refusait la terre habitée ? Sous les eaux, dans la profondeur des mers, où nul ne pouvait le suivre.