Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/567

Cette page a été validée par deux contributeurs.
567
le secret de l'île.

mettre le pied, la seule nation dont il refusa constamment les avances : il haïssait l’Angleterre et d’autant plus que sur plus d’un point il l’admirait.

C’est que cet Indien résumait en lui toutes les haines farouches du vaincu contre le vainqueur. L’envahisseur n’avait pu trouver grâce chez l’envahi. Le fils de l’un de ces souverains dont le Royaume-Uni n’a pu que nominalement assurer la servitude, ce prince, de la famille de Tippo-Saïb, élevé dans les idées de revendication et de vengeance, ayant l’inéluctable amour de son poétique pays chargé des chaînes anglaises, ne voulut jamais poser le pied sur cette terre par lui maudite, à laquelle l’Inde devait son asservissement.

Le prince Dakkar devint un artiste que les merveilles de l’art impressionnaient noblement, un savant auquel rien des hautes sciences n’était étranger, un homme d’état qui se forma au milieu des cours européennes. Aux yeux de ceux qui l’observaient incomplétement, il passait peut-être pour un de ces cosmopolites, curieux de savoir, mais dédaigneux d’agir, pour un de ces opulents voyageurs, esprits fiers et platoniques, qui courent incessamment le monde et ne sont d’aucun pays.

Il n’en était rien. Cet artiste, ce savant, cet homme était resté Indien par le cœur, Indien par le désir de la vengeance, Indien par l’espoir qu’il nourrissait de pouvoir revendiquer un jour les droits de son pays, d’en chasser l’étranger, de lui rendre son indépendance.

Aussi, le prince Dakkar revint-il au Bundelkund dans l’année 1849. Il se maria avec une noble Indienne dont le cœur saignait comme le sien aux malheurs de sa patrie. Il en eut deux enfants qu’il chérissait. Mais le bonheur domestique ne pouvait lui faire oublier l’asservissement de l’Inde. Il attendait une occasion. Elle se présenta.

Le joug anglais s’était trop pesamment peut-être alourdi sur les populations indoues. Le prince Dakkar emprunta la voix des mécontents. Il fit passer dans leur esprit toute la haine qu’il éprouvait contre l’étranger. Il parcourut non-seulement les contrées encore indépendantes de la péninsule indienne, mais aussi les régions directement soumises à l’administration anglaise. Il rappela les grands jours de Tippo-Saïb, mort héroïquement à Seringapatam pour la défense de sa patrie.

En 1857, la grande révolte des cipayes éclata. Le prince Dakkar en fut l’âme. Il organisa l’immense soulèvement. Il mit ses talents et ses richesses au service de cette cause. Il paya de sa personne ; il se battit au premier rang ; il risqua sa vie comme le plus humble de ces héros qui s’étaient levés pour affranchir leur pays ; il fut blessé dix fois en vingt rencontres et n’avait pu trouver la mort,