Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/560

Cette page a été validée par deux contributeurs.
560
l'île mystérieuse.

Les colons étaient dans le canot. (Page 559.)

sa hauteur, sa profondeur. Au milieu de cette substruction basaltique régnait un silence imposant. Nul bruit du dehors n’y pénétrait, et les éclats de la foudre ne pouvaient percer ses épaisses parois.

Il existe en quelques parties du globe de ces cavernes immenses, sortes de cryptes naturelles qui datent de son époque géologique. Les unes sont envahies par les eaux de la mer ; d’autres contiennent des lacs entiers dans leurs flancs. Telle la grotte de Fingal, dans l’île de Staffa, l’une des Hébrides, telles les grottes de Morgat, sur la baie de Douarnenez, en Bretagne, les grottes de Bonifacio, en Corse, celles du Lyse-Fjord, en Norwège, telle l’immense caverne du mammouth, dans le Kentucky, haute de cinq cents pieds et longue de