Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/548

Cette page a été validée par deux contributeurs.
548
l'île mystérieuse.

gner, le monde est bien savant ! Quel gros livre, monsieur Cyrus, on ferait avec tout ce qu’on sait !

— Et quel plus gros livre encore avec tout ce qu’on ne sait pas, » répondit Cyrus Smith.

Enfin, pour une raison ou pour une autre, le mois de juin ramena les froids avec leur violence accoutumée, et les colons furent le plus souvent consignés dans Granite-house.

Ah ! cette séquestration leur semblait dure à tous, et peut-être plus particulièrement à Gédéon Spilett.

« Vois-tu, dit-il un jour à Nab, je te donnerais bien par acte notarié tous les héritages qui doivent me revenir un jour, si tu étais assez bon garçon pour aller, n’importe où, m’abonner à un journal quelconque ! Décidément, ce qui manque le plus à mon bonheur, c’est de savoir tous les matins ce qui s’est passé la veille, ailleurs qu’ici ! »

Nab s’était mis à rire.

« Ma foi, avait-il répondu, ce qui m’occupe, moi, c’est la besogne quotidienne ! »

La vérité est que, au dedans comme au dehors, le travail ne manqua pas.

La colonie de l’île Lincoln se trouvait alors à son plus haut point de prospérité, et trois ans de travaux soutenus l’avaient faite telle. L’incident du brick détruit avait été une nouvelle source de richesses. Sans parler du gréement complet, qui servirait au navire en chantier, ustensiles et outils de toutes sortes, armes et munitions, vêtements et instruments, encombraient maintenant les magasins de Granite-house. Il n’avait même plus été nécessaire de recourir à la confection de grosses étoffes de feutre. Si les colons avaient souffert du froid pendant leur premier hivernage, à présent, la mauvaise saison pouvait venir sans qu’ils eussent à en redouter les rigueurs. Le linge était abondant aussi, et on l’entretenait, d’ailleurs, avec un soin extrême. De ce chlorure de sodium, qui n’est autre chose que le sel marin, Cyrus Smith avait facilement extrait la soude et le chlore. La soude, qu’il fut facile de transformer en carbonate de soude, et le chlore, dont il fit des chlorures de chaux et autres, furent employés à divers usages domestiques et précisément au blanchiment du linge. D’ailleurs, on ne faisait plus que quatre lessives par année, ainsi que cela se pratiquait jadis dans les familles du vieux temps, et qu’il soit permis d’ajouter que Pencroff et Gédéon Spilett, en attendant que le facteur lui apportât son journal, se montrèrent des blanchisseurs distingués.

Ainsi se passèrent les mois d’hiver, juin, juillet et août. Ils furent très-rigoureux, et la moyenne des observations thermométriques ne donna pas plus de