Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/536

Cette page a été validée par deux contributeurs.
536
l'île mystérieuse.

Les colons visitèrent même de sombres tunnels... (Page 535.)

nienne, encore noircis par le passage des feux d’autrefois, et qui s’enfonçaient dans le massif du mont. On parcourut ces sombres galeries, on y promena des résines enflammées, on fouilla les moindres excavations, on sonda les moindres profondeurs. Mais partout le silence, l’obscurité. Il ne semblait pas qu’un être humain eût jamais porté ses pas dans ces antiques couloirs, que son bras eût jamais déplacé un seul de ces blocs. Tels ils étaient, tels le volcan les avait projetés au-dessus des eaux à l’époque de l’émersion de l’île.

Cependant, si ces substructions parurent être absolument désertes, si l’obscurité y était complète, Cyrus Smith fut forcé de reconnaître que l’absolu silence n’y régnait pas.