Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/526

Cette page a été validée par deux contributeurs.
526
l'île mystérieuse.

« Mais que disiez-vous ? » demanda l’ingénieur en se retournant vers le marin et Gédéon Spilett.

Tous deux étaient stupéfaits.

« Sur mon salut, dit Pencroff, cette porte était fermée tout à l’heure ! »

Les colons hésitèrent alors. Les convicts étaient-ils donc au corral au moment où Pencroff et le reporter en opéraient la reconnaissance ? Cela ne pouvait être douteux, puisque la porte, alors fermée, n’avait pu être ouverte que par eux ! Y étaient-ils encore, ou un des leurs venait-il de sortir ?

Toutes ces questions se présentèrent instantanément à l’esprit de chacun, mais comment y répondre ?

En ce moment, Harbert, qui s’était avancé de quelques pas à l’intérieur de l’enceinte, recula précipitamment et saisit la main de Cyrus Smith.

« Qu’y a-t-il ? demanda l’ingénieur.

— Une lumière !

— Dans la maison ?

— Oui ! »

Tous cinq s’avancèrent vers la porte, et, en effet, à travers les vitres de la fenêtre qui leur faisait face, ils virent trembloter une faible lueur.

Cyrus Smith prit rapidement son parti.

« C’est une chance unique, dit-il à ses compagnons, de trouver les convicts enfermés dans cette maison, ne s’attendant à rien ! Ils sont à nous ! En avant ! »

Les colons se glissèrent alors dans l’enceinte, le fusil prêt à être épaulé. Le chariot avait été laissé au dehors sous la garde de Jup et de Top, qu’on y avait attachés par prudence.

Cyrus Smith, Pencroff, Gédéon Spilett, d’un côté, Harbert et Nab, de l’autre, en longeant la palissade, observèrent cette portion du corral qui était absolument obscure et déserte.

En quelques instants, tous furent près de la maison, devant la porte qui était fermée.

Cyrus Smith fit à ses compagnons un signe de la main qui leur recommandait de ne pas bouger, et il s’approcha de la vitre, alors faiblement éclairée par la lumière intérieure.

Son regard plongea dans l’unique pièce, formant le rez-de-chaussée de la maison.

Sur la table brillait un fanal allumé. Près de la table était le lit qui servait autrefois à Ayrton.