Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/525

Cette page a été validée par deux contributeurs.
525
le secret de l'île.

lader la palissade et pénétrer dans le corral. Ce qui était contraire aux instructions de Cyrus Smith.

Il est vrai que l’opération pouvait réussir, mais elle pouvait échouer aussi. Or, si les convicts ne se doutaient de rien, s’ils n’avaient pas connaissance de l’expédition tentée contre eux, si enfin il existait, en ce moment, une chance de les surprendre, devait-on compromettre cette chance, en se hasardant inconsidérément à franchir la palissade ?

Ce ne fut pas l’avis du reporter. Il trouva raisonnable d’attendre que les colons fussent tous réunis pour essayer de pénétrer dans le corral. Ce qui était certain, c’est que l’on pouvait arriver jusqu’à la palissade sans être vu, et que l’enceinte ne paraissait pas être gardée. Ce point déterminé, il ne s’agissait plus que de revenir vers le chariot, et on aviserait.

Pencroff, probablement, partagea cette manière de voir, car il ne fit aucune difficulté de suivre le reporter, quand celui-ci replia sous le bois.

Quelques minutes après, l’ingénieur était mis au courant de la situation.

« Eh bien, dit-il, après avoir réfléchi, j’ai maintenant lieu de croire que les convicts ne sont pas au corral.

— Nous le saurons bien, répondit Pencroff, quand nous aurons escaladé l’enceinte.

— Au corral, mes amis ! dit Cyrus Smith.

— Laissons-nous le chariot dans le bois ? demanda Nab.

— Non, répondit l’ingénieur, c’est notre fourgon de munitions et de vivres, et, au besoin, il nous servira de retranchement.

— En avant donc ! » dit Gédéon Spilett.

Le chariot sortit du bois et commença à rouler sans bruit vers la palissade. L’obscurité était profonde alors, le silence aussi complet qu’au moment où Pencroff et le reporter s’étaient éloignés en rampant sur le sol. L’herbe épaisse étouffait complétement le bruit des pas.

Les colons étaient prêts à faire feu. Jup, sur l’ordre de Pencroff, se tenait en arrière. Nab menait Top en laisse, afin qu’il ne s’élançât pas en avant.

La clairière apparut bientôt. Elle était déserte. Sans hésiter, la petite troupe se porta vers l’enceinte. En un court espace de temps, la zone dangereuse fut franchie. Pas un coup de feu n’avait été tiré. Lorsque le chariot eut atteint la palissade, il s’arrêta. Nab resta à la tête des onaggas pour les contenir. L’ingénieur, le reporter, Harbert et Pencroff se dirigèrent alors vers la porte, afin de voir si elle était barricadée intérieurement…

Un des battants était ouvert !