Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/496

Cette page a été validée par deux contributeurs.
496
l'île mystérieuse.

Gédéon Spilett était prêt à tout événement. (Page 495.)

chien l’eût averti de tout danger, et, comme Top n’aboya pas, on pouvait en conclure qu’il n’y avait rien à craindre, en ce moment du moins, et que les convicts étaient occupés dans une autre partie de l’île.

Cependant, à sa seconde sortie, le 27 novembre, Gédéon Spilett, qui s’était aventuré sous bois pendant un quart de mille, dans le sud de la montagne, remarqua que Top sentait quelque chose. Le chien n’avait plus son allure indifférente ; il allait et venait, furetant dans les herbes et les broussailles, comme si son odorat lui eût révélé quelque objet suspect.

Gédéon Spilett suivit Top, l’encouragea, l’excita de la voix, tout en ayant l’œil aux aguets, la carabine épaulée, et en profitant de l’abri des arbres pour