Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/395

Cette page a été validée par deux contributeurs.
395
l'abandonné.

des jaguars serait bientôt éteinte dans l’île, but que poursuivaient les chasseurs.

L’ingénieur prit part quelquefois à diverses reconnaissances qui furent faites dans les portions inconnues de l’île, qu’il observait avec une minutieuse attention. C’étaient d’autres traces que celles des animaux qu’il cherchait dans les portions les plus épaisses de ces vastes bois, mais jamais rien de suspect n’apparut à ses yeux. Ni Top, ni Jup, qui l’accompagnaient, ne laissaient pressentir par leur attitude qu’il y eût rien d’extraordinaire, et pourtant, plus d’une fois encore, le chien aboya à l’orifice de ce puits que l’ingénieur avait exploré sans résultat.

Ce fut à cette époque que Gédéon Spilett, aidé d’Harbert, prit plusieurs vues des parties les plus pittoresques de l’île, au moyen de l’appareil photographique qui avait été trouvé dans la caisse et dont on n’avait pas fait usage jusqu’alors.

Cet appareil, muni d’un puissant objectif, était très-complet. Substances nécessaires à la reproduction photographique, collodion pour préparer la plaque de verre, nitrate d’argent pour la sensibiliser, hyposulfate de soude pour fixer l’image obtenue, chlorure d’ammonium pour baigner le papier destiné à donner l’épreuve positive, acétate de soude et chlorure d’or pour imprégner cette dernière, rien ne manquait. Les papiers mêmes étaient là, tout chlorurés, et avant de les poser dans le châssis sur les épreuves négatives, il suffisait de les tremper pendant quelques minutes dans le nitrate d’argent étendu d’eau.

Le reporter et son aide devinrent donc, en peu de temps, d’habiles opérateurs, et ils obtinrent d’assez belles épreuves de paysages, tels que l’ensemble de l’île, pris du plateau de Grande-Vue, avec le mont Franklin à l’horizon, l’embouchure de la Mercy, si pittoresquement encadrée dans ses hautes roches, la clairière et le corral adossé aux premières croupes de la montagne, tout le développement si curieux du cap Griffe, de la pointe de l’Épave, etc.

Les photographes n’oublièrent pas de faire le portrait de tous les habitants de l’île, sans excepter personne.

« Ça peuple, » disait Pencroff.

Et le marin était enchanté de voir son image, fidèlement reproduite, orner les murs de Granite-house, et il s’arrêtait volontiers devant cette exposition comme il eût fait aux plus riches vitrines de Broadway.

Mais, il faut le dire, le portrait le mieux réussi fut incontestablement celui de maître Jup. Maître Jup avait posé avec un sérieux impossible à décrire, et son image était parlante !