Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/384

Cette page a été validée par deux contributeurs.
384
l'île mystérieuse.

Il était tête nue, les bras croisés. (Page 380.)

de parler. Lord Glenarvan lui dit alors qu’à la première relâche, on le remettrait aux autorités anglaises. Ayrton resta muet.

« Le Duncan reprit la route du trente-septième parallèle. Cependant, lady Glenarvan entreprit de vaincre la résistance du bandit. Enfin, son influence l’emporta, et Ayrton, en échange de ce qu’il pourrait dire, proposa à Lord Glenarvan de l’abandonner sur une des îles du Pacifique, au lieu de le livrer aux autorités anglaises. Lord Glenarvan, décidé à tout pour apprendre ce qui concernait le capitaine Grant, y consentit.

« Ayrton raconta alors toute sa vie, et il fut constant qu’il ne savait rien depuis le jour où le capitaine Grant l’avait débarqué sur la côte australienne.