Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/338

Cette page a été validée par deux contributeurs.
338
l'île mystérieuse.

régnait, il ne fallait pas plus de quarante-huit heures pour faire cette traversée de cent cinquante milles. Un jour dans l’île, trois ou quatre jours pour revenir, on pouvait donc compter que, le 17, ils seraient de retour à l’île Lincoln. Le temps était beau, le baromètre remontait sans secousses, le vent semblait bien établi, toutes les chances étaient donc en faveur de ces braves gens, qu’un devoir d’humanité allait entraîner loin de leur île.

Ainsi donc, il avait été convenu que Cyrus Smith, Nab et Gédéon Spilett resteraient à Granite-house ; mais une réclamation se produisit, et Gédéon Spilett, qui n’oubliait point son métier de reporter du New-York Herald, ayant déclaré qu’il irait à la nage plutôt que de manquer une pareille occasion, il fut admis à prendre part au voyage.

La soirée fut employée à transporter à bord du Bonadventure quelques objets de literie, des ustensiles, des armes, des munitions, une boussole, des vivres pour une huitaine de jours, et, ce chargement ayant été rapidement opéré, les colons remontèrent à Granite-house.

Le lendemain, à cinq heures du matin, les adieux furent faits, non sans une certaine émotion de part et d’autre, et Pencroff, éventant ses voiles, se dirigea vers le cap Griffe, qu’il devait doubler pour prendre directement ensuite la route du sud-ouest.

Le Bonadventure était déjà à un quart de mille de la côte, quand ses passagers aperçurent sur les hauteurs de Granite-house deux hommes qui leur faisaient un signe d’adieu. C’étaient Cyrus Smith et Nab.

« Nos amis ! s’écria Gédéon Spilett. Voilà notre première séparation depuis quinze mois !… »

Pencroff, le reporter et Harbert firent un dernier signe d’adieu, et Granite-house disparut bientôt derrière les hautes roches du cap.

Pendant les premières heures de la journée, le Bonadventure resta constamment en vue de la côte méridionale de l’île Lincoln, qui n’apparut bientôt plus que sous la forme d’une corbeille verte, de laquelle émergeait le mont Franklin. Les hauteurs, amoindries par l’éloignement, lui donnaient une apparence peu faite pour attirer les navires sur ses atterrages.

Le promontoire du Reptile fut dépassé vers une heure, mais à dix milles au large. De cette distance, il n’était plus possible de rien distinguer de la côte occidentale qui s’étendait jusqu’aux croupes du mont Franklin, et, trois heures après, tout ce qui était l’île Lincoln avait disparu au-dessous de l’horizon.

Le Bonadventure se conduisait parfaitement. Il s’élevait facilement à la lame et faisait une route rapide. Pencroff avait gréé sa voile de flèche, et,