Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/275

Cette page a été validée par deux contributeurs.
275
l'abandonné.

les têtes de pieux, qui devaient former ainsi deux arches et permettre au pont de supporter de lourds fardeaux.

Très-heureusement ne manquaient ni les outils pour travailler le bois, ni les ferrures pour le consolider, ni l’ingéniosité d’un homme qui s’entendait merveilleusement à ces travaux, ni enfin le zèle de ses compagnons, qui, depuis sept mois, avaient nécessairement acquis une grande habileté de main. Et il faut le dire, Gédéon Spilett n’était pas le plus maladroit et luttait d’adresse avec le marin lui-même, « qui n’aurait jamais tant attendu d’un simple journaliste ! »

La construction du pont de la Mercy dura trois semaines, qui furent très-sérieusement occupées. On déjeunait sur le lieu même des travaux, et, le temps étant magnifique alors, on ne rentrait que pour souper à Granite-house.

Pendant cette période, on put constater que maître Jup s’acclimatait aisément et se familiarisait avec ses nouveaux maîtres, qu’il regardait toujours d’un œil extrêmement curieux. Cependant, par mesure de précaution, Pencroff ne lui laissait pas encore liberté complète de ses mouvements, voulant attendre, avec raison, que les limites du plateau eussent été rendues infranchissables par suite des travaux projetés. Top et Jup étaient au mieux et jouaient volontiers ensemble, mais Jup faisait tout gravement.

Le 20 novembre, le pont fut terminé. Sa partie mobile, équilibrée par des contre-poids, basculait aisément, et il ne fallait qu’un léger effort pour la relever ; entre sa charnière et la dernière traverse sur laquelle elle venait s’appuyer, quand on la refermait, il existait un intervalle de vingt pieds, qui était suffisamment large pour que les animaux ne pussent le franchir.

Il fut alors question d’aller chercher l’enveloppe de l’aérostat, que les colons avaient hâte de mettre en complète sûreté ; mais pour la transporter, il y avait nécessité de conduire un chariot jusqu’au port Ballon, et, par conséquent, nécessité de frayer une route à travers les épais massifs du Far-West. Cela exigeait un certain temps. Aussi Nab et Pencroff poussèrent-ils d’abord une reconnaissance jusqu’au port, et comme ils constatèrent que le « stock de toile » ne souffrait aucunement dans la grotte où il avait été emmagasiné, il fut décidé que les travaux relatifs au plateau de Grande-Vue seraient poursuivis sans discontinuer.

« Cela, fit observer Pencroff, nous permettra d’établir notre basse-cour dans des conditions meilleures, puisque nous n’aurons à craindre ni la visite des renards, ni l’agression d’autres bêtes nuisibles.

— Sans compter, ajouta Nab, que nous pourrons défricher le plateau, y transplanter les plantes sauvages…