Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/236

Cette page a été validée par deux contributeurs.
236
l'île mystérieuse.

— À assainir le pays qu’ils habitent. Savez-vous comment on les appelle dans l’Australie et la Nouvelle-Zélande ?

— Non, monsieur Cyrus.

— On les appelle les « arbres à fièvre ».

— Parce qu’ils la donnent ?

— Non, parce qu’ils l’empêchent !

— Bien. Je vais noter cela, dit le reporter.

— Notez donc, mon cher Spilett, car il paraît prouvé que la présence des eucalyptus suffit à neutraliser les miasmes paludéens. On a essayé de ce préservatif naturel dans certaines contrées du midi de l’Europe et du nord de l’Afrique, dont le sol était absolument malsain, et qui ont vu l’état sanitaire de leurs habitants s’améliorer peu à peu. Plus de fièvres intermittentes dans les régions que recouvrent les forêts de ces myrtacées. Ce fait est maintenant hors de doute, et c’est une heureuse circonstance pour nous autres, colons de l’île Lincoln.

— Ah ! Quelle île ! Quelle île bénie ! s’écria Pencroff ! Je vous le dis, il ne lui manque rien… Si ce n’est…

— Cela viendra, Pencroff, cela se trouvera, répondit l’ingénieur ; mais reprenons notre navigation, et poussons aussi loin que la rivière pourra porter notre pirogue ! »

L’exploration continua donc, pendant deux milles au moins, au milieu d’une contrée couverte d’eucalyptus, qui dominaient tous les bois de cette portion de l’île. L’espace qu’ils couvraient s’étendait hors des limites du regard de chaque côté de la Mercy, dont le lit, assez sinueux, se creusait alors entre de hautes berges verdoyantes. Ce lit était souvent obstrué de hautes herbes et même de roches aiguës qui rendaient la navigation assez pénible. L’action des rames en fut gênée, et Pencroff dut pousser avec une perche. On sentait aussi que le fond montait peu à peu, et que le moment n’était pas éloigné où le canot, faute d’eau, serait obligé de s’arrêter. Déjà le soleil déclinait à l’horizon et projetait sur le sol les ombres démesurées des arbres. Cyrus Smith, voyant qu’il ne pourrait atteindre dans cette journée la côte occidentale de l’île, résolut de camper à l’endroit même où, faute d’eau, la navigation serait forcément arrêtée. Il estimait qu’il devait être encore à cinq ou six milles de la côte, et cette distance était trop grande pour qu’il tentât de la franchir pendant la nuit au milieu de ces bois inconnus.

L’embarcation fut donc poussée sans relâche à travers la forêt, qui peu à peu se refaisait plus épaisse et semblait plus habitée aussi, car, si les yeux du marin