Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/227

Cette page a été validée par deux contributeurs.
227
l'abandonné.

— Oui, mon enfant, répondit l’ingénieur, cela a pu se passer ainsi. Il est possible qu’au moment, ou en prévision d’un naufrage, on ait réuni dans cette caisse divers objets de première utilité, pour les retrouver en quelque point de la côte…

— Même la boîte à photographie ! fit observer le marin d’un air assez incrédule.

— Quant à cet appareil, répondit Cyrus Smith, je n’en comprends pas bien l’utilité, et mieux eût valu pour nous, comme pour tous autres naufragés, un assortiment de vêtements plus complet ou des munitions plus abondantes !

— Mais n’y a-t-il sur ces instruments, sur ces outils, sur ces livres, aucune marque, aucune adresse, qui puisse nous en faire reconnaître la provenance ? » demanda Gédéon Spilett.

C’était à voir. Chaque objet fut donc attentivement examiné, principalement les livres, les instruments et les armes. Ni les armes, ni les instruments, contrairement à ce qui se fait d’habitude, ne portaient la marque du fabricant ; ils étaient, d’ailleurs, en parfait état et ne semblaient pas avoir servi. Même particularité pour les outils et les ustensiles ; tout était neuf, ce qui prouvait, en somme, que l’on n’avait pas pris ces objets, au hasard, pour les jeter dans cette caisse, mais, au contraire, que le choix de ces objets avait été médité et leur classement fait avec soin. C’était aussi ce qu’indiquait cette seconde enveloppe de métal qui les avait préservés de toute humidité et qui n’aurait pu être soudée dans un moment de hâte.

Quant aux dictionnaires des sciences naturelles et des idiomes polynésiens, tous deux étaient anglais, mais ils ne portaient aucun nom d’éditeur, ni aucune date de publication.

De même pour la Bible, imprimée en langue anglaise, in-quarto remarquable au point de vue typographique, et qui paraissait avoir été souvent feuilleté.

Quant à l’atlas, c’était un magnifique ouvrage, comprenant les cartes du monde entier et plusieurs planisphères dressés suivant la projection de Mercator, et dont la nomenclature était en français, — mais qui ne portait non plus ni date de publication, ni nom d’éditeur.

Il n’y avait donc, sur ces divers objets, aucun indice qui pût en indiquer la provenance, et rien, par conséquent, de nature à faire soupçonner la nationalité du navire qui avait dû récemment passer sur ces parages. Mais d’où que vînt cette caisse, elle faisait riches les colons de l’île Lincoln. Jusqu’alors, en transformant les produits de la nature, ils avaient tout créé par eux-mêmes, et grâce