Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/200

Cette page a été validée par deux contributeurs.
200
l'île mystérieuse.

Du haut de Granite-house... (Page 199.)

nouvelle fabrication. On avait découvert, vers cette pointe que le lac projetait au nord, une féconde oseraie, où poussaient en grand nombre des osiers-pourpres. Avant la saison des pluies, Pencroff et Harbert avaient moissonné ces utiles arbustes, et leurs branches, bien séparées alors, pouvaient être efficacement employées. Les premiers essais furent informes, mais, grâce à l’adresse et à l’intelligence des ouvriers, se consultant, se rappelant les modèles qu’ils avaient vus, rivalisant entre eux, des paniers et des corbeilles de diverses grandeurs accrurent bientôt le matériel de la colonie. Le magasin en fut pourvu, et Nab enferma dans des corbeilles spéciales ses récoltes de rhizomes, d’amandes de pin-pignon et de racines de dragonnier.