Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/176

Cette page a été validée par deux contributeurs.
176
l'île mystérieuse.

L'échelle fut définitivement installée. (Page 175.)

pont et de canot, la Mercy n’avait pas encore été franchie. Toutes ces immenses forêts auxquelles on avait donné le nom de forêts du Far-West n’étaient donc point explorées. On réservait cette importante excursion pour les premiers beaux jours du printemps prochain. Mais les bois du Jacamar étaient suffisamment giboyeux ; kangourous et sangliers y abondaient, et les épieux ferrés, l’arc et les flèches des chasseurs faisaient merveille. De plus, Harbert découvrit, vers l’angle sud-ouest du lagon, une garenne naturelle, sorte de prairie légèrement humide, recouverte de saules et d’herbes aromatiques qui parfumaient l’air, telles que thym, serpolet, basilic, sarriette, toutes espèces odorantes de la famille des labiées, dont les lapins se montrent si friands.