Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/156

Cette page a été validée par deux contributeurs.
156
l'île mystérieuse.

contre les autres ; puis, le tout fut recouvert d’une mince couche de pyrites, préalablement réduites à la grosseur d’une noix.

Ceci fait, on mit le feu au bois, dont la chaleur se communiqua aux schistes, lesquels s’enflammèrent, puisqu’ils contenaient du charbon et du soufre. Alors, de nouvelles couches de pyrites concassées furent disposées de manière à former un énorme tas, qui fut extérieurement tapissé de terre et d’herbes, après qu’on y eut ménagé quelques évents, comme s’il se fût agi de carboniser une meule de bois pour faire du charbon.

Puis, on laissa la transformation s’accomplir, et il ne fallait pas moins de dix à douze jours pour que le sulfure de fer fût changé en sulfate de fer et l’alumine en sulfate d’alumine, deux substances également solubles, les autres, silice, charbon brûlé et cendres, ne l’étant pas.

Pendant que s’accomplissait ce travail chimique, Cyrus Smith fit procéder à d’autres opérations. On y mettait plus que du zèle. C’était de l’acharnement.

Nab et Pencroff avaient enlevé la graisse du dugong, qui avait été recueillie dans de grandes jarres de terre. Cette graisse, il s’agissait d’en isoler un de ses éléments, la glycérine, en la saponifiant. Or, pour obtenir ce résultat, il suffisait de la traiter par la soude ou la chaux. En effet, l’une ou l’autre de ces substances, après avoir attaqué la graisse, formerait un savon en isolant la glycérine, et c’était cette glycérine que l’ingénieur voulait précisément obtenir. La chaux ne lui manquait pas, on le sait ; seulement le traitement par la chaux ne devait donner que des savons calcaires, insolubles et par conséquent inutiles, tandis que le traitement par la soude fournirait, au contraire, un savon soluble, qui trouverait son emploi dans les nettoyages domestiques. Or, en homme pratique, Cyrus Smith devait plutôt chercher à obtenir de la soude. Était-ce difficile ? Non, car les plantes marines abondaient sur le rivage, salicornes, ficoïdes, et toutes ces fucacées qui forment les varechs et les goëmons. On recueillit donc une grande quantité de ces plantes, on les fit d’abord sécher, puis ensuite brûler dans des fosses en plein air. La combustion de ces plantes fut entretenue pendant plusieurs jours, de manière que la chaleur s’élevât au point d’en fondre les cendres, et le résultat de l’incinération fut une masse compacte, grisâtre, qui est depuis longtemps connue sous le nom de « soude naturelle ».

Ce résultat obtenu, l’ingénieur traita la graisse par la soude, ce qui donna, d’une part, un savon soluble, et, de l’autre, cette substance neutre, la glycérine.

Mais ce n’était pas tout. Il fallait encore à Cyrus Smith, en vue de sa préparation future, une autre substance, l’azotate de potasse, qui est plus connu sous le nom de sel de nitre ou de salpêtre.