Ouvrir le menu principal

Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.
111
les naufragés de l'air.

les poissons au passage, puis, s’élançant, plongeant en faisant entendre un cri aigu, et reparaissant, la proie au bec. Ailleurs, sur les rives et sur l’îlot, se pavanaient des canards sauvages, des pélicans, des poules d’eau, des becs-rouges, des philédons, munis d’une langue en forme de pinceau, et un ou deux échantillons de ces menures splendides, dont la queue se développe comme les montants gracieux d’une lyre.

Quant aux eaux du lac, elles étaient douces, limpides, un peu noires, et à certains bouillonnements, aux cercles concentriques qui s’entre-croisaient à leur surface, on ne pouvait douter qu’elles ne fussent très-poissonneuses.

« Il est vraiment beau ! ce lac, dit Gédéon Spilett. On vivrait sur ses bords !

— On y vivra ! » répondit Cyrus Smith.

Les colons, voulant alors revenir par le plus court aux Cheminées, descendirent jusqu’à l’angle formé au sud par la jonction des rives du lac. Ils se frayèrent, non sans peine, un chemin à travers ces fourrés et ces broussailles, que la main de l’homme n’avait jamais encore écartés, et ils se dirigèrent ainsi vers le littoral, de manière à arriver au nord du plateau de Grande-Vue. Deux milles furent franchis dans cette direction, puis, après le dernier rideau d’arbres, apparut le plateau, tapissé d’un épais gazon, et, au delà, la mer infinie.

Pour revenir aux Cheminées, il suffisait de traverser obliquement le plateau sur un espace d’un mille et de redescendre jusqu’au coude formé par le premier détour de la Mercy. Mais l’ingénieur désirait reconnaître comment et par où s’échappait le trop-plein des eaux du lac, et l’exploration fut prolongée sous les arbres pendant un mille et demi vers le nord. Il était probable, en effet, qu’un déversoir existait quelque part, et sans doute à travers une coupée du granit. Ce lac n’était, en somme, qu’une immense vasque, qui s’était remplie peu à peu par le débit du creek, et il fallait bien que son trop-plein s’écoulât à la mer par quelque chute. S’il en était ainsi, l’ingénieur pensait qu’il serait peut-être possible d’utiliser cette chute et de lui emprunter sa force, actuellement perdue sans profit pour personne. On continua donc à suivre les rives du lac Grant, en remontant le plateau ; mais, après avoir fait encore un mille dans cette direction, Cyrus Smith n’avait pu découvrir le déversoir, qui devait exister cependant.

Il était quatre heures et demie alors. Les préparatifs du dîner exigeaient que les colons rentrassent à leur demeure. La petite troupe revint donc sur ses pas, et, par la rive gauche de la Mercy, Cyrus Smith et ses compagnons arrivèrent aux Cheminées.