Ouvrir le menu principal

Page:James Guillaume - L'Internationale, I et II.djvu/649

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nies qu’elle renfermait. De cette longue apologie, je ne veux transcrire qu’un seul passage, celui qui est relatif à l’Alliance, dont Mlle Marx prétendait que Malon était ou avait été membre :


Membre de l’Alliance. Ce ne serait pas un déshonneur, mais jamais je n’en ai fait partie. Au commencement de 1869, quand on la fonda, je m’y opposai [1], et, après de vives discussions, nous nous séparâmes froidement, sinon adversaires, avec Bakounine [2], que je n’ai pas revu depuis, mais que je tiens, je ne saurais le dire assez haut, pour un homme de mérite, pour un ami dévoué et pour un loyal caractère. Guillaume non plus n’a jamais fait partie de l’Alliance. Ni Landeck ni A. Dupont, beau-frère de Gérardin [3], ce pauvre cerveau troublé, qui paiera de sa vie sa vanité, mais qui n’est pas agent, n’ont jamais connu Bakounine, n’ont jamais de près ni de loin été en rapport avec lui. Tout cela est indéniable ; et voilà comment cette jeune fille de dix-sept ans observe la vérité [4] !


Les intrigues marxistes avaient leur répercussion jusqu’en Amérique. Depuis 1870, il s’était fondé aux États-Unis un certain nombre de Sections de l’Internationale, qui s’étaient recrutées surtout parmi les immigrants européens, Allemands, Français, Italiens, Slaves ; quelques politiciens américains étaient aussi entrés dans l’Association, espérant en tirer profit pour leurs intérêts particuliers. Au bout de peu de temps, la division s’était mise parmi ces Sections, à propos de l’une d’elles, la Section 12 (ces Sections américaines se distinguaient par de simples numéros d’ordre). Ces querelles, dont l’écho nous arrivait par les journaux, étaient fort peu intelligibles pour nous, et nous ne nous y intéressions guère. « Nous savions vaguement qu’en Amérique un conflit venait d’éclater entre les marxistes, dirigés par Sorge, et les fédéralistes ; les premiers avaient expulsé les seconds du Conseil fédéral américain [5] par un coup d’État (3 décembre 1871), en sorte que deux Conseils fédéraux se trouvaient en présence : celui de Spring Street (fédéralistes) et celui du Tenth Ward Hôtel (Sorge) [6] ; mais nous étions loin de nous rendre un compte exact des choses ; et, mal renseignés par le Socialiste de New York, nous fûmes un moment sur le point de croire que c’était Sorge qui représentait le principe d’autonomie, et de nous aboucher directement avec lui comme avec un allié !

« Nous étions également bien loin de nous douter que, dès ce moment, il y avait, au sein même du Conseil général, un commencement de protestation ; qu’Eccarius avait été suspendu par Marx et ses amis de ses fonctions de secrétaire correspondant pour l’Amérique, comme suspect de pactiser avec les fédéralistes américains [7] ; et que Hales, Jung, Mottershead

  1. L’Alliance de la démocratie socialiste avait été fondée en septembre 1868 ; mais c’est en janvier 1869 qu’eurent lieu, en divers pays, des discussions sur la nouvelle association et sur les inconvénients que son existence pouvait présenter pour l’Internationale (voir tome Ier, pages 110 et suivantes).
  2. La séparation de Malon d’avec Bakounine a une autre cause, dont Malon ne pouvait pas parler à sa correspondante : la crise survenue en février 1869 dans la Fraternité internationale (t. Ier pages 120 et 131).
  3. Charles Gérardin, membre de la Commune, qui disparut le 9 mai 1871 en même temps que Rossel.
  4. Lettre communiquée par Mme Charles Keller.
  5. Ce Conseil fédéral avait son siège à New York, et se composait d’un délégué par Section.
  6. Au 5 mai 1872, il y avait aux États-Unis cinquante Sections de l’Internationale, dont quarante envoyaient leurs délégués au Conseil fédéral de Spring Street, et dix à celui du Tenth Ward Motel.
  7. Au printemps de 1872, le Conseil général avait prononcé la suspension de la Section 12, de New York. Peu de temps après, une lettre, signée d’Eccarius, et adressée au Conseil fédéral de Spring Street, annonçait que le Conseil général, reconnaissant qu’il avait agi trop précipitamment, désirait recevoir des explications sur les causes de la scission américaine, et qu’il retirerait ensuite la suspension de la Section 12, C’est pour avoir écrit cette lettre qu’Eccarius fut relevé de ses fonctions ; Marx le remplaça par Le Moussu, qui écrivit aussitôt une lettre excommuniant le Conseil fédéral de Spring Street.