Ouvrir le menu principal

Page:James Guillaume - L'Internationale, I et II.djvu/360

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous tend la main par son rédacteur Guillaume pour la troisième fois ! Ce rédacteur nous envoie son baiser de Lamourette ! Eh, où est donc la souveraineté du peuple ? Peut-elle être foulée aux pieds plus effrontément ?... Tout ce que nous disons ne concerne en aucune façon les Sections qui se laissent égarer momentanément par les déclamations et les insinuations d'individus pareils... Mais quant aux baisers du rédacteur de la Solidarité, nous devons avouer que nous aimons mieux ses calomnies que son hypocrisie mal déguisée, et nous tâcherons de nous abstenir de toute réponse à lui. » (Article d'Outine, 23 avril.)


En regard de ces injures, je reproduis ce que j'écrivais dans la Solidarité :


Voici ce que nous pouvons dire aux Sections de Genève, avec l'assurance que nos sentiments fraternels sont partagés par tous les membres des Sections qui formaient la majorité du Congrès :

Si vous trouvez nécessaire aux intérêts particuliers du groupe genevois de vous séparer de nous, faites-le, constituez une fédération à part ; mais ne nous quittez pas l'injure à la bouche et le ressentiment dans le cœur ; souvenez-vous que, malgré nos dissidences, nous sommes tous des internationaux...

Si vous voulez conserver chez vous le journal l’Égalité, n'en faites pas un organe destiné à nous faire la guerre. Que l’Égalité et la Solidarité traitent, chacune à sa façon, les grandes questions sociales ; mais renonçons dès le début à une polémique irritante et funeste, à une lutte fratricide...

Puisque nous n'avons pas pu nous entendre pour avoir un seul Comité fédéral, un seul journal, une seule caisse administrative, tâchons au moins de fédérer, dans les deux groupes, nos caisses de résistance...

Au nom de la fraternité internationale, amis de Genève, ne repoussez pas la main que nous vous avons tendue trois fois déjà, et que nous vous tendons encore. (Solidarité du 16 avril.)


Notre journal a des devoirs sérieux à remplir... Aussi ne consentirons-nous qu'à la dernière extrémité à remplir nos colonnes du bruit de la querelle soulevée par quelques individualités qui prétendent représenter le socialisme à Genève, et qui, pour le prouver, ont consacré le dernier numéro de l’Égalité à nous jeter de la boue.

... Nous continuerons à dire aux Sections de Genève : « N'abandonnez pas la Fédération romande ; examinez avec impartialité la situation, comparez la conduite des uns et des autres, vous finirez par reconnaître quels sont vos vrais amis, quels sont les socialistes sincères et désintéressés ; vous ouvrirez les yeux sur les intrigues de quelques meneurs qui vous ont trompés ; vous cesserez alors de suivre leurs conseils funestes, et vous accepterez la main de conciliation fraternelle que nous vous tendons encore et que nous vous tendrons toujours. » (Solidarité du 23 avril.)


Mais détournons les yeux du Temple-Unique. Si nous étions bassement insultés dans l'organe que rédigeait Outine, nous avions la joie de nous trouver en pleine communion d'idées et de sentiments avec les internationaux de France, d'Espagne et de Belgique.

Une nouvelle grève avait éclaté au Creusot en mars, et les grévistes tenaient bon, malgré les condamnations prononcées contre vingt-six d'entre eux par le tribunal d'Autun. Les femmes et les enfants des