Page:Jaloux - Les barricades mystérieuses, 1922.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LES BARRICADES

— Ma foi ! dit-elle, en me regardant, je ne vous attendais guère aujourd’hui.

— C’est pour vous que je viens, Wanda. Je suis si impatient de vous parler !

— Pour moi ? Que vous devenez empressé, mon ami !

— Allons, ne plaisantez pas ! Martial m’a tout dit.

Elle me considéra curieusement, d’un œil entre amusé et désappointé, qui m’étonna.

— Et cela ne vous a fait aucune peine ?

Ce fut à mon tour d’être interloqué, de l’examiner avec surprise.

— De la peine à moi ? Et pourquoi ?

— Je… je croyais que vous aviez un petit sentiment pour moi…

Elle avait baissé les yeux, avec de la coquetterie, avec une modestie feinte.

— Un sentiment pour vous, Wanda ? — Oh ! je ne vous en aurais pas voulu