Page:Jacques Boileau - De l abus des nudites de gorge, Duquesne, 1857.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et de donner de l’amour. Quand son mari luy ordonne quelque chose qui répugne à son inclination , elle trouve bien les moyens de luy faire changer de sentiment, vray-semblablement elle n’obéiroit pas avec tant de promptitude et de facilité s’il luy ordonnoit de couvrir sa gorge.

LXV. Qu’elle n’allégue donc plus pour prétexte de sa nudité la complaisance qu’elle a pour son mari, et si elle le considère autant qu’elle doit, qu’elle affecte de paroître la gorge et la face voilée, puisque parce moyen, dit le grand Apôtre, elle montrera qu’elle est véritablement et volontairement soumise à l’autorité de son mari. Car du temps de S. Paul, quand une fille se marioit ou luy mettoit un voile sur la teste et sur les épaules , pour marquer qu’elle passoit sous la puissance de son époux, et qu’elle cachoit pour tout autre que luy son visage et son sein. De là vient que Dieu même dans le Prophete Jérémie , dit qu’une femme mariée ne doit jamais oublier le voile qui luy cache le sein non plus que les filles n’oublient pas de se parer.

LXVI. Si les femmes se souvenoient du conseil que leur donne S. Pierre, de travailler à la conversion de leurs maris par leur modestie extérieure, et par leur conversation pure et