Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Et ma voix imitant les sons plaintifs de l’onde
Sur les sables dorés flotte douce et profonde
Avec des échos frémissants…
Amie, écoutez bien, puis laissez un sourire
À l’eau qui tour à tout chante, parle, soupire
En ses mystérieux accents.

Ne me dérobez pas longtemps la forme blanche
Qui, passant par ici, parfois relève et penche
Son front tout inondé d’orgueil…
Ah ! revenez bientôt revoir la capitale !
Il faut bien que pendant la saison estivale
Vous abordiez encore son seuil.

Ô Mer, Azur lointain, riante Alexandrie !
En la voyant rêver en son âme attendrie
Rappelez-lui très doucement !
Alors qu’en murmurant, instable et vagabonde,
La vague parlant tout bas à la plage blonde
Viendra la baiser mollement…