Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Ah, si pareil aux oiseaux,
Je pouvais raser ta crête
De mon aile. . . . .
. . . . . . . . .
Si je pouvais, à cheval,
Là sur ta côte lointaine
Capricieuse et hautaine
Errer, oubliant mon mal.