Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/23

Cette page a été validée par deux contributeurs.



À votre vulgaire bonheur
Je préfère mes nobles peines,
Aux lâches cris de votre cœur
Mes courtes prières sereines.
Il ne saurait me contenter
Ce sort que vous trouvez suave ;
Le mien je le veux bel et grave,
D’autre ne me saurait flatter.