Page:Isis Copia - Fleurs de rêve, 1911.pdf/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.



« Et toi mon bel ami
À l’enivrant sourire ? » —
« L’on me nomme “Mimi”
Aux heures de délire ;

Et l’on aime mon œil
Qu’un point du ciel azure,
Et ma voix . . . . . accueil
. . . . . . . . . pure,

Le printemps m’a donné
À Mai qui m’a vu naître,
Puis j’étais ordonné,
Maintenant, je suis prêtre.

Or, mon nom est. . . .
Et mes ailes légères
M’emportent du Couvent
Aux terres étrangères ;

J’aime à revoir ce Nil
Riant, chaste azuré
Et j’y baigne mon cil,
Mon cœur, mon front doré. »