Page:Innocent Borisov - Acathiste.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Gloire au Père, au Fils et au St-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Joseph, aidé de Nicodème, ayant descendu Votre corps de l’arbre, et Vous ayant vu mort, nu et privé de sépulture, Vous qui Vous couvrez de la lumière comme d’un vêtement, Joseph, dont le bon cœur était pénétré de douleur, disait avec des larmes et des gémissements : Malheur à moi, mon Jésus adorable ! Pour peu qu’on Vous ait vu suspendu à la croix, le soleil s’est couvert de ténèbres, et la terre a tressailli d’effroi, et le voile du temple s’est déchiré : et voilà que je Vous vois à présent mort volontairement pour moi ! Comment Vous ensevelirai-je, ô mon Dieu, ou avec quels linceuls Vous couvrirai-je ? avec quelles mains toucherai-je Votre corps incorruptible ? quels cantiques chanterai-je à Votre enterrement, ô Amour Divin ? Je glorifie Votre passion, je chante Votre ensevelissement et Votre résurrection, en Vous disant : Gloire à Vous, Seigneur.


Cantiques avec versets.


Par Votre sang, Agneau innocent, Vous avez effacé l’inscription de nos péchés et détruit la semence de la corruption : c’est pourquoi, en Vous voyant descendre aux enfers, les morts sortent à Votre rencontre, comme vers leur Libérateur.