Page:Innocent Borisov - Acathiste.djvu/44

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les ennemis visibles et invisibles, ne nous délaisse pas à la fin de notre vie, afin que délivrés par ta mort de la mort éternelle, nous puissions te chanter toujours : Alleluia. (3 fois.)

Après cela on répète encore le premier Ikos et le premier Kondakion.


Cantique septième.


Ô merveille ineffable ! Celui qui préserva du feu les jeunes hommes précipités dans la fournaise, le voyez-vous, comme on le dépose sans vie dans son sépulcre qui est le sanctuaire de notre salut. Aussi chantons et célébrons le Dieu notre Libérateur, et que son nom soit béni.

Verset. Gloire à Votre passion, ô Seigneur !

Vous êtes le véritable David, car après avoir pris Votre croix, comme une lyre harmonieuse, Vous êtes monté sur le Golgotha, afin de nous éviter la colère du Père céleste, à nous qui Vous chantons : Agneau de Dieu, acquérant le salut éternel au monde, Vous êtes béni dans les siècles des siècles.

Verset. Gloire à Votre passion, ô Seigneur !

Comme le bon architecte de la maison de Votre Père,