Ouvrir le menu principal

Page:Innocent Borisov - Acathiste.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ikos 11.


Comme un cierge lumineux, la Vierge brûlait d’amour pour toi auprès de ta croix, et elle était tourmentée d’une douleur maternelle, en te voyant, toi le soleil véritable, se cachant dans le tombeau ; et nous, ô Seigneur, nous te prions d’agréer ces prières de nos cœurs : Jésus, monté sur l’arbre de la croix, afin de nous élever avec toi vers ton Père céleste ; Jésus, léguant la Vierge pour mère à Jean, l’apôtre vierge, afin de nous apprendre à garder la virginité et la pureté ; Jésus confiant ton bien-aimé disciple à celle qui t’a enfanté, toi, Dieu le verbe, confie-nous aussi tous à sa maternelle protection ; Jésus, vainqueur du monde et de l’enfer, détruis l’impiété, l’orgueil de la vie et la concupiscence des yeux qui habitent en nous ; Jésus, qui as détruit le pouvoir de la mort, sauve-moi de la mort éternelle ; Jésus, Fils de Dieu, souvenez-