Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.
54
PEER GYNT

AASE

Et son corps ! S’il s’est embourbé, nous le retirerons de la tourbe. Si le Vieux de la montagne l’a pris, nous grimperons pour le lui enlever.


LE PÈRE

Hem ! Voici un petit sentier.


AASE

Que Dieu vous bénisse de m’aider ainsi.


LE PÈRE

C’est le devoir du chrétien.


AASE

Ce sont donc des païens, tous ces autres. Pas un d’eux n’a voulu m’accompagner.


LE PÈRE

Ils le connaissent trop bien.


AASE

Il est trop fin pour eux ! (Se tordant les mains.) Et dire, dire que je ne le retrouverai peut-être pas vivant !


LE PÈRE

Voici des traces de pas.


AASE

C’est par ici qu’il faut aller.