Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/247

Cette page a été validée par deux contributeurs.
214
PEER GYNT

PEER GYNT

L’ombre d’un livre de cantiques, pour une simple agrafe !


LE GARS

Le diable soit des ombres !


PEER GYNT

Mon empire ! Je vous le jette. À qui l’attrapera !


LE GARS

La couronne avec ?


PEER GYNT

Une superbe couronne de paille. Elle va au premier venu. Allons ! encore ! Une coquille d’œuf ! Un cheveu gris de fou ! La barbe du Prophète ! Tout ça à celui qui me montrera sur la montagne un poteau indicateur avec ces mots : « Par ici ! »


LE MAIRE (apparaissant)

Mon gaillard, tu as des façons d’être qui te conduiront droit en prison.


PEER GYNT (ôtant son chapeau)

C’est probable. Mais voudriez-vous me dire qui était Peer Gynt ?


LE MAIRE

Quelles sornettes me chantez-vous là ?