Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/244

Cette page a été validée par deux contributeurs.
211
ACTE V

L’HOMME EN DEUIL

C’est toi qui perds la mémoire. Tu ne te souviens plus de certaine porte de grenier à Hægstad.


L’HOMME EN GRIS

Je sais bien, et je sais aussi que tu n’as pas été dégoûté.


L’HOMME EN DEUIL

Pour peu que, maintenant, elle ne fasse pas quelque trait à la mort.


L’HOMME EN GRIS

Viens, cousin ! Un petit verre en l’honneur de notre parenté !


L’HOMME EN DEUIL

Cousin ? le diable t’emporte ! Tu es ivre et ne sais ce que tu dis !


L’HOMME EN GRIS

Allons donc ! On a beau faire, on se sent toujours de la famille de Peer Gynt. (Ils s’éloignent ensemble.)


Peer Gynt (bas)

Eh bien ! voilà de vieilles connaissances !


UN GARS (criant à l’homme en deuil, qui s’en va)

Hé Aslak ! si tu bois, ma défunte mère viendra te prendre !