Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/214

Cette page a été validée par deux contributeurs.
181
ACTE IV

mots : je suis une feuille de papier destinée à toujours rester blanche.


HUSSEIN

Les gens ignorent le parti qu’on peut tirer de moi. Ils veulent tous m’employer à répandre du sable.


PEER GYNT

J’ai été un livre doré sur tranches dans la main d’une femme. La sagesse et la folie ne sont que des fautes d’impression !


HUSSEIN

Pensez un peu combien il est désolant pour une plume de ne jamais sentir le fer d’un canif !


PEER GYNT (fait un grand bond)

Représentez-vous un bouquetin sautant de haut en bas sans jamais s’arrêter, sans jamais toucher terre !


HUSSEIN

Un canif ! Je suis émoussé, — il faut qu’on me taille, qu’on me racle ! Le monde va périr si l’on ne me fait pas une pointe !


PEER GYNT

Quel malheur pour le monde que Dieu, en sa qualité d’auteur, l’ait trouvé si bien fait !