Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/212

Cette page a été validée par deux contributeurs.
179
ACTE IV

grand sans danger et me donne l’aspect du roi Apis que je porte sur mon dos !


PEER GYNT

Si Votre Seigneurie essayait de se pendre et si ensuite elle allait sous terre faire le mort, protégée par les limites naturelles d’un bon cercueil ?


LE FELLAH

C’est parfait ! Ma vie pour une corde ! Vive la potence ! Ce ne sera pas tout à fait ça, pour commencer, mais le temps égalise tout. (Il s’éloigne et se dispose à se pendre.)


BEGRIFFENFELD

En voilà un qui a de l’individualité ! N’est-ce pas, monsieur Peer ? Un homme de méthode !


PEER GYNT

Oui, oui, mais… Dieu me pardonne ! il se pend pour de bon. La tête me tourne ! J’en serai malade !


BEGRIFFENFELD

Un état de transition. Ça passera vite.


PEER GYNT

De transition ? Pour en venir où ? Excusez-moi, il faut que je m’en aille.


BEGRIFFENFELD (le retenant)

Êtes-vous fou ?