Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/210

Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
ACTE IV

me conseille. (Avec un geste noble.) L’Orient a repoussé son poète ; il va vers les babouins d’Occident ! (Il s’éloigne.)


BEGRIFFENFELD

Eh bien ! était-il assez lui-même ?

Oui, n’est-ce pas ? Lui, toujours lui ; il en est plein, il ne s’occupe pas d’autre chose. Lui-même dans tout ce qu’il émet. Lui-même justement en ce qu’il est hors de soi. Venez ! Je vous en montrerai un autre, depuis hier soir aussi conforme que le premier aux règles de la raison normale. (À un fellah qui porte une momie sur son dos.) Roi Apis, comment va votre Seigneurie ?


LE FELLAH (avec rage, à Peer Gynt)

Suis-je donc le roi Apis ?


PEER GYNT (se cachant derrière le docteur)

Je suis incompétent, je l’avoue… Mais, à en juger par le ton…


LE FELLAH

Tu mens aussi, toi !


BEGRIFFENFELD

Que Votre Seigneurie daigne lui exposer l’affaire.


LE FELLAH

Très bien. (Il se tourne vers Peer Gynt.) Tu vois celui que je porte sur le dos ? Il se nommait le roi Apis,